Brasserie de la Goutte d'Or

Brasserie de la Goutte d'Or

Brasseur Localisation : Brasserie de la Goutte d'Or Paris

L'exploitation

L'envie est née chez lui lorsqu'il brassait pour sa consommation personnelle. Pour ses recettes, il lui a suffi de s'inspirer des odeurs d'épices de son quartier, la Goutte d'Or. En 2011, Thierry lance la première brasserie artisanale à Paris, qui lui permet aujourd'hui de vivre de sa passion. Chapeau l'artiste.

Le savoir-faire

Brassées artisanalement, non filtrées et non pasteurisées, les bières de Thierry sont délicatement épicées avec des ingrédients frais afin de vous faire découvrir le métissage du quartier de La Goutte d'Or qu'il affectionne tant.

Interview

Comment êtes vous devenu brasseur de bière dans le quartier de la Goutte d’Or à Paris ?

J’avais en tête de monter une brasserie pour transformer cette passion autour de la bière en activité professionnelle. Le choix du quartier s’est fait très naturellement car j’ai vécu presque 10 ans dans le quartier de la Goutte d’Or, dans le 18ème arrondissement. C’est un quartier qui compte énormément pour moi, c’est un réel lieu d’attache qui fait partie de mon histoire parisienne, car je suis de provinces à l’origine. Et c’est aussi un quartier qui m’inspire des recettes et des valeurs que j’avais envie de transmettre.

Vous êtes l’un des premiers, si ce n’est le premier, brasseur de bière de Paris. Cela doit être une réelle satisfaction !

Je n’étais pas le premier brasseur de bière à proprement parler, mais j’ai été le premier à mettre en bouteille ma production. Quand je me suis installé en 2013 dans Paris, il y avait déjà des pubs qui brassaient leurs propres bières depuis des années. Seulement elles n’étaient disponibles qu’au comptoir, elles n’étaient pas commercialisées. J’ai donc été le premier à mettre ma bière en bouteille et à la rendre disponible à la vente. Cette nuance de mise en bouteille est très importante.

De nombreuses brasseries ont suivi votre exemple depuis. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

Je pense que c’est l’offre qui créée la demande. Avant, il n’y avait pas d’offre de bière artisanale locale et le marché tournait un peu en rond. La bière artisanale dévoile le monde qui se cache derrière la brasserie et aujourd’hui nous nous intéressons beaucoup plus à la façon dont sont confectionnés les boissons et les aliments que nous mangeons. C’est plus difficile en ville d’avoir la notion de terroir et c’est un bon moyen de le faire découvrir aux gens.

Vous proposez des bières aux saveurs originales. D’où vient toute cette créativité ? 

Je m’inspire du quartier, des nouvelles gastronomies et des cultures pour trouver des nouvelles recettes. J’essaye d’élaborer des recettes qui transmettent ce mélange. La bière château-rouge par exemple représente l’ébullition du quartier donc c’est une bière chaude et pimentée. Je suis aussi très inspiré par le mouvement de la brasserie Craft, c’est-à-dire artisanale. J’ai envie de faire des produits qui ont du goût, des produits de qualité tout en innovant avec des recettes qui sortent de l’ordinaire.

Avez-vous des projets futurs pour la brasserie ?  

Oui, je vais bientôt ouvrir une salle de dégustation dans le courant de l’année 2016, afin que les clients puissent déguster leur bière sur place. Cela va être un bon moyen pour moi d’innover, d’élaborer de nouvelles recettes. Je pense notamment instaurer le concept de bières éphémères, c’est-à-dire que je ne les mettrai pas en vente et elles seront peut-être saisonnières. Je renouerai aussi un contact avec les clients et je pourrai mieux connaître leur avis sur mes produits. 

Bière brune