L'Herbier de Milly

L'Herbier de Milly

Producteur de sirops et tisanes Localisation : L'Herbier de Milly Milly La Forêt

L'exploitation

Depuis 1996, Catherine Bosc-Bierne a repris le flambeau de son père qui déjà régalait avec ses spécialités de Milly-la-Forêt. En plus du traditionnel glaçon de Milly, cette fameuse friandise à la menthe poivrée de Milly, Catherine compose des tisanes avec des plantes sélectionnées pour leurs vertus médicinales et aromatiques, toutes BIO. Dans la boutique de la place du marché de Milly-la-Forêt, vous trouverez aussi les sirops et liqueurs sans colorant, distillés par Catherine avec des plantes de la région.

Le savoir-faire

Depuis plus de 20 ans, l'Herbier de Milly prépare ses produits grâce aux spécialités locales. Catherine Bosc-Bierne reprend le flambeau de 4 générations de travail des plantes médicinales. Ses produits phares sont la menthe poivrée et la mélisse de Milly-la-Forêt, ainsi que le coquelicot d'Essonne. Elle sèche elle-même ses feuilles et pétales pour la préparation des tisanes aux vertus médicinales, et possède également une distillerie pour la confection de ses sirops et liqueurs.

Interview

Comment avez-vous eu l’idée d’ouvrir cette boutique à Milly-la-Forêt ?

Nous sommes producteurs de plantes médicinales depuis 4 générations. Quand je suis rentrée de l’étranger il y a 25 ans, il n’y avait plus de place sur la ferme de mon père pour y travailler. J’ai donc eu l’idée d’ouvrir cette boutique pour vendre nos produits. A l’origine nous ne vendions que des tisanes et des bonbons. J’ai ensuite installé une distillerie il y a 10 ans, pour confectionner des sirops et des liqueurs.

Donc vous connaissez les vertus des plantes depuis votre enfance ?

Oui j’avais déjà quelques connaissances dans le domaine puis j’ai ensuite suivi des cours et des formations proposées à l’époque par le Jardin des Plantes notamment sur les plantes exotiques et les huiles essentielles. C’était vraiment très intéressant !

Vous cultivez beaucoup de plantes sur votre exploitation ?

Je travaille avec mon frère sur l’exploitation. Il s’occupe de la production et moi de la transformation. Je lance cependant une culture de plantes médicinales sur 6 hectares que mon frère ne fait pas. Ces plantes seront principalement distillées. Jusqu’au mois d’août 2015 j’avais 2-3 petites parcelles où je ramassais le coquelicot et la rose mais je vais faire des essais sur d’autres parcelles. 

Qu’utilisez-vous pour faire sécher vos plantes ?

J’utilise le séchoir du Père Jules qui a plus de 100 ans ! C’est un élément très important pour moi car je peux ainsi sécher les plantes que je ramasse comme je l’entends. Il a réellement sa place dans l’entreprise et est aussi important que la boutique elle-même.

Avez-vous des projets sur cette exploitation ?

Je vais bientôt lancer une grosse production de verveine et nous nous convertissons petit à petit en agriculture biologique. Nous nous lançons dans les fruits et légumes BIO que nous cultivons sur 3 hectares et demi. Tous nos produits, même les tisanes et les sirops, seront BIO d’ici 2017.  Et j’ai également de gros projets avec le coquelicot mais je ne veux pas vous en dire plus, ce sera une surprise !