Les Potagers du Télégraphe

Les Potagers du Télégraphe

Maraicher BIO Localisation : Les Potagers du Télégraphe Etampes

L'exploitation

Les potagers du Télégraphe favorisent l'accès à l'emploi des salariés en insertion grâce aux activités de maraîchage. Les potagers du Télégraphe offrent une activité et une formation à des demandeurs d'emploi en difficultés sociales ou professionnelles.

Le savoir-faire

Les potagers du Télégraphe produisent des fruits et légumes en fonction des saisons. Les fruits et légumes sont cultivés en agriculture biologique. Les salariés en insertion travaillent sans relâche pour offrir des fruits et des légumes très variés.

Interview

Les potagers du Télégraphe sont une association permettant l’emploi de personnes en difficultés sociales ou professionnelles, comment cela fonctionne-t-il ?

La conduite des cultures, la distribution des légumes produits, et la gestion d’équipe est assurée par 3 encadrants techniques, tandis qu’un directeur assure la gestion de notre structure associative. Les 25 membres de notre équipe assurant les opérations culturales suivent un parcours d’insertion professionnelle, dans le cadre d’un emploi salarié à durée déterminée financé par l’Etat et les collectivités territoriales. Sur les 24 h de travail hebdomadaires de nos salariés, 3 heures en moyenne sont consacrées à la préparation de leur projet professionnel. Piloté avec un accompagnateur socio-professionnel attaché à la structure, ce cheminement peut passer par des formations axées sur la mobilisation de ses compétences, la mise en valeur de son image, l’initiation à l’environnement informatique… Souvent il doit s’accompagner d’un travail de fond nécessaire pour améliorer la situation sociale personnelle.

Sur quelle surface s’étendent les potagers du Télégraphe ?

La production des Potagers du Télégraphe est conduite en agriculture biologique, sur 2 parcelles : l’une sise à Etampes, et l’autre à Itteville. Nous cultivons donc sur Etampes 4 hectares dont 1600 m2 couverts, sur le plateau beauceron au sol argileux et pierreux et au climat venté : grâce aux soins attentifs portés aux cultures nous aboutissons à de belles récoltes, comme pour les poireaux, notre fierté en cette année 2017 ! Sur Itteville la surface est plus petite : 1 hectare, dont 1/5ème est couvert. Cet emplacement tempéré abrité du vent, fait merveille entre autres sur les carottes, qui sont remarquablement colorées, charnues et sucrées !

Combien de variétés cultivez vous sur une telle surface ?

La production de 60 tonnes par an se répartit en une cinquantaine de variétés, couvre toute la gamme du potager : les cultures sous abri puis en plein champ fournissent dès le printemps laitues, radis, oignons blancs, blettes, fenouil… Puis arrivent les légumes d’été : « ratatouille » : courgettes et concombres, tomates, aubergines, poivrons, piment d’Espelette… Ainsi que les fruits ; melons parfumés et pastèques rafraichissantes ! A l’automne la fameuse récolte des courges – dont le potiron Rouge Vif d’Etampes bien sûr ! s’accompagne agréablement de betteraves, mâche, épinards… Enfin, légumes de garde tels que pommes de terre, choux, carottes, navets, poireaux, oignons assurent des disponibilités tout l’hiver.

D'où vient le nom des potagers du Télégraphe?

Les potagers tiennent leur nom de la colline où ils sont situés. Avant, pour communiquer on se tenait en haut de la collline avec des drapeaux qu'on agitait dans plusieurs postions, selon un code bien précis. Ce système vieux du XVémé siècle permettait de communiquer de colline en colline jusqu'à Marseille.

 

Plat en bocaux

Légume fruit