Ferme de Férolles

Ferme de Férolles

Producteur de lentilles Localisation : Ferme de Férolles Crécy la Chapelle

L'exploitation

Située dans la Brie à l'Est du bassin parisien, la ferme de Férolles est exploitée par Jean-Philippe Huyghe. Agriculteur passionné, il produit plusieurs variétés de légumineuses mais également des noisettes avec lesquelles il confectionne une huile artisanale d'exception.

Le savoir-faire

Jean-Philippe cultive ses légumineuses selon les principes de conservation. Suppression du labour, protection des sols contre les agressions du climat, stockage du carbone par la photosynthèse, sont autant de pratiques de l'agriculture de conservation qui redonnent vie à la terre. Jean-Philippe s'efforce de préserver le plus possible l'équilibre biologique des champs tout en intervenant le moins possible auprès des cultures.

Interview

La ferme de Férolles est une exploitation familiale, que produisez-vous ?

Je représente la 3ème génération d’agriculteurs à la ferme de Férolles. En reprenant l’exploitation familiale, je voulais rajouter des cultures sur l’exploitation et ne plus cultiver que des céréales comme beaucoup d’exploitations de Seine et Marne. J’ai donc orienté mon exploitation vers un système plus écologique. Aujourd’hui, cela s’appelle l’agroécologie mais cela fait plus de 20 ans que je pratique cette agriculture ! Maintenant je cultive des lentilles, des flageolets, des pois cassés et je produis de l’huile avec les noisettes, le lin et le colza. Je vends ces productions en circuits courts, cela me plaît car je me suis rapproché du consommateur. Cela valorise bien mon travail.

Qu’est-ce que l’agroécologie ?

Je laisse faire la nature au maximum : je sème mes cultures directement dans un couvert végétal qui travaille le sol à ma place en quelque sorte. Je n’utilise plus d’outils pour retourner la terre. Lorsque mes cultures grandissent, je les surveille et je n’interviens que si cela est vraiment nécessaire.

Parlez-nous de votre verger de noisetiers, qu’a-t-il de si particulier ?

J’ai planté mes noisetiers en 2006, et j’y fais pâturer des moutons. Ils mangent l’herbe semée au pied des arbres : ils entretiennent les allées du verger et le rendent plus vivant. Grâce aux moutons, je peux me concentrer sur l’entretien des arbres puisque je leur laisse le soin d’entretenir les allées de mon verger. D’ailleurs, ce verger est l’un des seuls vergers de noisetiers enherbés de France. Traditionnellement, le sol des vergers est laissé nu, et c’est la main de l’homme qui se charge de l’entretenir.

Avez vous d’autres projets pour votre exploitation ?

Chaque jour est une découverte pour moi, je ne cesse de réfléchir pour améliorer mon exploitation et la rendre de plus en plus vivante. Actuellement, je suis en train d’implanter des haies sur mon exploitation pour bénéficier des avantages des insectes qui y vivent : ce sont de redoutables prédateurs des insectes ravageurs de mes cultures.

 

 

 

 

 

 

Fruit à coque