Le Miel de Paris

Le Miel de Paris

Apiculteur Localisation : Le Miel de Paris Paris

L'exploitation

Autodidacte, Audric de Campeau a fabriqué lui-même ses premières ruches. Il est aujourd’hui incollable sur le miel, les abeilles et contribue directement à la pollinisation de la capitale grâce à ses ruches toutes situées dans des emplacements prestigieux comme les Invalides, l’Ecole Militaire, la place Beauvau ou le Musée d’Orsay.

Le savoir-faire

Le miel de Paris est un produit rare et artisanal. Paris offre une grande densité de fleurs mais également une belle variété d’espèces non indigènes (tilleul de Crimée, tilleul argenté, marronnier d’Inde, …) qui donnent à ce miel une touche exotique. Une senteur de cassis et de griottes macérées avec une belle rondeur en bouche. Et non, le miel de Paris n’est pas pollué !!! Le nectar sort pur du nectaire de la fleur et est immédiatement butiné, pour le plus grand bonheur de nos palais !

Interview

Comment êtes-vous devenu apiculteur à Paris ?

J’ai toujours été un amoureux de la nature. Adolescent, j’ai aménagé un vignoble en Champagne pour y faire du vin, ainsi qu’un potager et j’ai planté de nombreux arbres. A cette époque je suivais des cours à la fac à Paris mais je rentrais tous les week-end à la campagne pour m’occuper de mes plantations. Je me suis ensuite converti à l’apiculture en 2004, qui s’est révélée être un coup de cœur, et j’ai créé des ruches, petit à petit.

En 2013, j’ai choisi de quitter mon poste de chef de projet marketing pour vivre de ma passion. J’ai eu l’idée de lancer mon projet d’abeille urbaine lorsque j’ai entendu parler des ruches situées sur le toit de l’Opéra Garnier. Je me suis dit « Pourquoi pas moi ? », et l’aventure a commencé !

Vous êtes donc un ancien vigneron reconverti. C’est pour cela que vous avez récemment lancé l’hydromel ?

Oui, il était presque naturel pour moi d’en venir à faire de l’hydromel. C’est un mélange parfait de deux de mes passions. J’élève de l’hydromel en fûts de chêne. C’est un excellent moyen de gagner en tanins, ce qui permet de conserver le vin. C’est de l’hydromel de Paris, là aussi, puisque je me suis installé dans les catacombes de Paris pour le produire.

Et pourquoi les catacombes ?

Elles regroupent toutes les caractéristiques d’une bonne cave à vin, c’est-à-dire une bonne température, une bonne hygrométrie, une absence de lumière, d’odeur et aussi de vibration ! Contrairement à ce que nous pouvons penser, il n’y a aucune vibration car les catacombes se situent bien en dessous des rames de métro ou de RER. C‘est un élément important car les vibrations font remonter les lies et tâchent le vin.

Les anciennes carrières de Paris sont donc idéales pour la production de vin de qualité et c’est aussi un réel plaisir de travailler dans ces lieux magnifiques avec un patrimoine historique hors du commun !

Vos ruches sont situées dans des endroits très emblématiques de Paris. Un choix de votre part ?

Lorsque je me suis lancé dans la réalisation de mon projet, j’ai téléphoné un peu partout pour avoir l’autorisation d’installer des ruches. J’y suis allé au culot et certains établissements ont accepté. Mes ruches sont ainsi situées sur les toits du Musée d’Orsay et de l’Ecole Militaire, en face de la Tour Eiffel. Il y en a également à la Place Beauvau, à la Place Vendôme, dans les jardins des Tuileries, dans le Bois de Vincennes ou bien dans les douves des Invalides. Je confectionne donc du miel toutes fleurs. Paris possède une grande diversité botanique ainsi qu’une flore mellifère importante.

Avez-vous d’autres projets que vous aimeriez réaliser avec le miel ?

Oui, des tas ! Mes premières bougies en cire de Paris sortent très prochainement et je me lance également dans la confection de nougat de Paris qui sortira en juin 2016 au plus tard. Je vous réserve encore beaucoup de surprises !

Miel

  • 119,2€ / kg
  • 125g